Sushi Go! : la valse des makis

Si vous avez lu mes précédents articles causant de jeux de société (bien sûr, vous les avez lu), nous avons ensemble fondé des villes, médiévales comme modernes, et même été à la tête d’empires spatiaux. Cette fois, je vais vous présenter un jeu faisant appel à un thème un peu plus quotidien.

Après vous avoir présenté le concept de deck building, laissez-moi vous parler d’une autre mécanique propre aux jeux de cartes modernes : le draft. Un jeu a rendu ce principe célèbre et brille encore au firmament des jeux toujours populaires 10 ans après sa sortie, et c’est une création francophone : je veux bien entendu parler de 7 Wonders. Une saga qui vous invite à bâtir une puissante cité antique. Cela tombe très bien, puisque ce n’est pas du tout ce dont je vais vous entretenir aujourd’hui. Nous allons plutôt nous pencher sur son petit cousin.

Laissez-moi donc vous présenter Sushi Go!, créé par Phil Walker-Hardling, illustré par Nan Rangsima et édité chez nous par Cocktail Games, spécialisé dans les petits jeux funs et rapides. Comme son nom le laisse deviner, il est question d’y faire le meilleur repas possible au restaurant japonais ! Les aliments défilent sur le plateau roulant, à vous de faire les meilleurs combinaisons.

DSC02503

Plus concrètement, ce jeu de cartes se joue en trois manches. Le joueur avec le meilleur score à la toute fin sera le gagnant et se fera bien évidemment inviter au restaurant par tous les perdants* !
Les joueurs commencent chaque manche avec un nombre de carte fixe selon leur nombre (jouable de 2 à 5). Les tours vont alors pouvoir s’enchaîner très vite car tout le monde joue simultanément et n’a qu’une action à effectuer : choisir dans sa main une carte qu’il posera devant lui face cachée, puis passer les autres à son voisin. Ensuite, tous révèlent leur carte en même temps avant d’entamer un nouveau tour avec le paquet fournit par le voisin.
Les cartes vont tourner entre toute la tablée jusqu’à ce que les mains soient vides, ce qui met alors fin à la manche. Toutes les cartes sont désormais réparties de manière visible entre chaque joueur sur la table (ou le tatami, ou la nappe de pique-nique, vous êtes libres de jouer comme bon vous semble, un peu d’originalité que diable !).

Et voilà, vous avez saisi le principe d’un jeu de draft : les cartes passent de main en main, de sortent qu’elles finissent par être connues de l’ensemble des joueurs. Vous vous demandez peut-être à quoi peut bien servir de poser toutes ces cartes sur la table, sachant qu’à la fin de la partie chaque joueur aura le même nombre devant lui ? Nous sommes ici dans un jeu de combinaisons et de combo. Il existe différents types de cartes, chacun permettant de gagner des points d’une manière différente. Alors, je ne vous fais pas plus languir, voici ce que vous allez pouvoir déguster :

  • Les sushis : ils rapportent un nombre fixe de points, entre 1 et 3 selon leur nature.
  • Le wasabi : seul, il ne sert à rien. Il multiplie cependant par 3 les points de la prochaine carte sushi posée.
  • Les makis : le joueur ayant le plus de maki à la fin d’une manche gagne 6 points, le deuxième 3 points. Chaque carte porte entre 1 et 3 symboles makis.
  • Les tempuras : chaque paire de carte tempura vaut 5 points. Une carte dépareillée est inutile.
  • Les sashimis : cette fois, il faut 3 cartes sashimis pour remporter 10 points. En avoir moins ne sert à rien.
  • Les raviolis : plus vous possédez de ces gyōzas, plus vous avez de points : ainsi 1 vaut 1, 3 vaut 6, 5 vaut 15…
  • Les baguettes : elles ne rapportent aucun point. Toutefois, une fois posées devant vous, elles vous serviront à poser 2 cartes à un prochain tour, en les remettant dans la main à la place de la 2ème carte.
  • Les desserts : ces délicieuses sucreries font tout le sel du jeu. Il s’agit des seules cartes que les joueurs gardent devant eux d’une manche à l’autre. À la fin, le joueur qui en possède le plus gagnera des points bonus. Quant à celui qui en a le moins, il en perdra !

DSC02502

8 types différents de carte, le compte est bon ! Leur nombre dans la boîte varie bien évidemment selon leur puissance. Le dessert m’a permis de vous donner une information importante : dans Sushi Go!, on procède à un décompte de points à la fin de chaque manche, puis toutes les cartes sont défaussées, à l’exception des desserts qui ne serviront qu’au décompte final. Il est donc impossible de faire une stratégie au long court.
L’intérêt réside alors dans la décision à prendre : quelle carte poser devant soit ? quelle carte laisser à son voisin ou non ? Dois-je privilégier mon propre jeu, ou plutôt bloquer la progression de mes adversaires ? Tout est question de timing. Par exemple, tabler sur l’idée de gagner 10 points en posant 3 sashimis sera presque toujours un risque : à moins d’être le seul joueur à les poser, et d’être sûr d’en avoir  au moins 3 cartes réparties entre toutes les mains, peut être que ce seront 1 ou 2 cartes perdues au décompte des points. Idem pour les makis : si au moins 2 joueurs sont en compétition, la fin est incertaine. D’autant qu’en cas d’égalité, les points à gagner sont divisés par le nombre de joueurs concernés. Sushi Go!, c’est plein de petits conflits à chaque partie, mais toujours dans la légèreté, et sans aucune prise de tête.

Et puis, honnêtement, regardez les bouilles de ces aliments ! Ne sont-ils pas trop mignons avec leurs petits yeux et leurs grands sourires ? On a envie de les prendre dans nos bras et de leur faire des câlins, plutôt que de les dévorer. Mine de rien, cela joue beaucoup dans l’ambiance détendue qui règne dans ce jeu. Avec une durée n’excédant pas les 20 minutes, il a tout du petit jeu où à la fin d’une partie, quelqu’un va dire « aller, on en refait une ? ». Avec un jeu bien mélangé, ce sera donc une nouvelle répartition des cartes entre les mains pendant les 3 manches, pour un résultat forcément toujours différent.

Alors si vous cherchez un petit jeu trop mignon, jouable aussi bien avec des enfants qu’amusant même entre adultes, sans prise de tête, et permettant de s’initier facilement au draft, n’hésitez plus, Sushi go! est probablement fait pour vous.

 

* Il se peut que ce point de règle ai été ajouté par l’auteur de cet article.

2 réflexions sur « Sushi Go! : la valse des makis »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s